Les invités

Ribellazione ! - Acte 2

Découvrez les principaux intervenants de cet Acte 2 du Festival Ribellazionne !

Teo Musso, brasseur « Baladin » au Piémont

Teo Musso est Italien né dans le Piémont en 1964. Il est considéré comme l’un des plus importants représentants de la nouvelle façon de comprendre la bière : c’est désormais une bière artisanale et ajustée à la gastronomie qui est promue grâce à lui. BALADIN est le nom donné à sa bière, mais aussi à toutes ses activités qu’il organise autour du goût en général. Son attache, très forte, à son territoire et son pays se ressent dans sa bière fabriquée à partir de produits locaux. Toute son activité repose sur sa philosophie : « la bière est terre ».

Alain Coumont
Alain Coumont est un restaurateur belge. Après un voyage aux Etats-Unis, jeune, il abandonne ses études classiques pour s’inscrire en école de restauration. Jeune chef, il travaille dans plusieurs grands restaurants avant de vouloir d’ouvrir son propre établissement. Obsédé par le besoin d’avoir un meilleur pain, il décide de se lancer dans la boulangerie et de le confectionner lui-même : le pain devient alors le centre de ses menus et plats proposés : de là est né la chaîne du Pain Quotidien.

Arnaud Daguin, ancien chef, porte-parole de Pour une Agriculture du Vivant

Descendant d’une famille de cuisiniers et de cuisinières ancrée dans le Gers, fils d’André. Après 30 ans passés en cuisine, chef étoilé, connu pour la justesse et la liberté de sa cuisine, il a initié, défriché et créé la bistronomie, en même temps qu’il a mis en place des filières vertueuses de productions et fait vivre ou revivre des territoires ruraux. Il a montré la voie de création d’écosystèmes
Il est aujourd’hui reconnu pour sa vision du produit, sa connaissance pluridisciplinaire des filières alimentaires et de production, son engagement pour une alimentation bonne, propre et juste pour tous.
Il est co-fondateur du mouvement Pour une Agriculture du Vivant, réunissant autour des enjeux de l’agroécologie de nombreux acteurs de la chaine agro-alimentaire.  
Il est chroniqueur sur France Inter et intervient dans de nombreux médias.

Roland Feuillas, boulanger-semencier
 
En 2006, il quitte son poste d’ingénieur informaticien pour se lancer dans la boulangerie. Il s’installe à Cucugnan, dans l’Aude pour devenir boulanger-meunier. Roland Feuillas a à cœur de valoriser le travail des paysans qui cultivent des semences antiques et de les meuler pour obtenir sa propre farine dans son moulin. Avec la boulangerie meunerie, Les Maîtres de Mon Moulin, il revalorise les semences et pratiques antiques et produit un pain totalement local.

Jean-Charles Adami

Professeur de Corse à Bastia, agriculteur, confrère d’A Cunfraternita di a Serra, Jean-Charles Adami œuvre activement dans le milieu associatif. Son dernier projet en date : la sauvegarde des semences antiques et endémiques de l’île. Avec sa confrérie, l’association des lycéens de son établissement scolaire et le Centre de Recherches Botaniques et Agricoles de Lyon, il veut créer des jardins pédagogiques pour présenter ces variétés et les adapter afin qu’elles soient utiles aujourd’hui.

Marie-Pierre Bianchini, directrice de l’ODARC
 
Après avoir obtenu son DEA d’économie à Corte, elle s’oriente dans le privé et la création d’entreprises liées au tourisme et à l’événementiel. En 2003, elle rentre à l’ODARC pour développer l’agritourisme sur l’île. Elle y découvre l’agriculture, domaine qui la passionne rapidement. Elle s’investit beaucoup dans le développement des filières agricoles et en devient responsable en 2005. Elle élargit son champ de compétences en 2012 avec le développement des circuits courts qui se concrétise par la mise en place de la Route des Sens Authentiques –A Strada di i Sensi. En 2019, elle est nommée directrice par intérim de l’ODARC.

Aurélie Fernandez

Agronome de formation et petite fille d’oléiculteurs dans l’arrière-pays niçois, Aurélie intègre les dimensions culturelles, linguistiques et patrimoniales à son approche de l’agriculture et de la biodiversité. Consultante pour le Patrimoine Agricole Mondial des Nations Unies (à la FAO), elle a à cœur de participer activement à la valorisation des agri-cultures locales du sud de la France qui représentent des foyers d’innovation et d’ancrage pour demain. Membre du comité opérationnel biodiversité de Slow Food en France, elle est en charge notamment des Sentinelles sur tout le pourtour méditerranéen et contribue à la réactivation du réseau et à la valorisation de ses trésors alimentaires.

François Casabianca, chercheur INRA
 
François Casabianca est chercheur à l’Institut National de Recherches Agronomiques -INRA. En tant que chercheur, il a donné plusieurs conférences sur la biodiversité domestique, les produits de terroir et la transition agro-écologiques auprès de la FAO (projet origine et qualité), et de l’AREPO (Association des régions européennes pour les produits d’origine). A titre personnel, il a aussi été le co-fondateur de l’association Slow Food Corsica en 2006 avec Pierre Dolfi. Avec ses deux casquettes, il viendra débattre autour des questions concernant le futur du système agricole de l’île.